Les clés d’un bon climat de travail et de sa performance

satisfactionQu’il soit sain ou non, le climat de travail a des répercussions sur plusieurs aspects de l’entreprise :

  • La performance des collaborateurs
  • La créativité
  • La productivité, etc.…

Il est donc essentiel de mettre en place les conditions favorisant un climat agréable et contribuant ainsi à la performant des équipes et de l’entreprise.

Voici 7 clés influençant positivement le climat de travail de votre entreprise ou de votre équipe.

1. La satisfaction

Le collaborateur doit retrouver une forme de stimulation dans son travail au quotidien.

Ses tâches et ses responsabilités doivent être bien précises et bien comprises.

Sollicitez vos collaborateurs lors de réunions de travail, afin qu’ils puissent contribuer à l’amélioration de leur poste de travail, réfléchir à la mise en place et la construction d’un nouveau projet.

Un exemple de contribution et de prise d’initiative :

Le projet 20 %, où chaque collaborateur a le droit d’user librement de 20 % de son temps de travail pour creuser une idée personnelle, un projet original et qui lui tient à cœur. Chacun peut participer ainsi à l’innovation de son service et de son entreprise.

2. Les communications

  • Les communications internes :

La communication doit être fluide dans toute l’organisation, c’est-à-dire entre les employés et la direction, entre les employés eux-mêmes et entre les différents services.

  • La relation entre collègues de travail :

Un bon esprit d’équipe ainsi qu’une bonne communication au sein des groupes de travail sont très importants. Les employés doivent pouvoir s’aider entre eux lorsque nécessaire.

Les bonnes relations augmentent les capacités cognitives (analyse profonde, mémorisation, concentration …) de chacun, améliorant ainsi leurs performances et celle de l’entreprise.

leadership3. Le leadership

  • Un leadership contagieux

C’est-à-dire contagieux de bonne humeur, faisant de ses ressources humaines une priorité et souhaitant ainsi mettre en place une vraie politique de bien-être au sein de son entreprise.

  • La relation manager-collaborateurs :

Le manager doit développer une bonne relation avec ses collaborateurs et faire preuve de respect et d’équité. Il doit être en mesure de diriger, d’encourager et d’apporter son soutien à ses collaborateurs dans leur travail. Il doit pouvoir gérer le changement efficacement afin que les équipes aient envie de le suivre. Nous parlons ici d’une confiance réciproque.

Le leader doit être un révélateur de talents.

  • Le soutien de la direction :

La reconnaissance, les encouragements de la part de la direction envers les collaborateurs sont très importants pour favoriser un bon climat de travail.

  • La vision de l’entreprise :

La direction d’une entreprise doit savoir où elle va dans les prochaines années. La vision, les objectifs et les moyens doivent être clairement établis et transmis aux collaborateurs.

Le dirigeant est le catalyseur du changement, il doit accompagner ses équipes tout en vérifiant l’impact de sa stratégie sur le plan humain.

En synthèse : il y a toujours la possibilité de conjuguer, croissance et valeurs humanistes.

4. Les pratiques de gestion des ressources humaines

  • Gestion de la formation et des carrières :

Possibilité pour les collaborateurs de se perfectionner à l’intérieur de l’organisation. Ils doivent sentir qu’il est possible pour eux d’évoluer au sein de l’entreprise et que leurs intérêts et aspirations sont pris en compte.

  • Gestion de la rémunération :

Les pratiques de rémunération doivent être transparentes et doivent être satisfaisantes pour l’ensemble du collectif. Il est primordial que les collaborateurs perçoivent l’équité dans l’attribution des salaires et la reconnaissance de leurs talents et performances sous forme d’une partie variable ou d’un bonus.

5. les valeurs de l’entreprise

Les valeurs de l’entreprise doivent être connues, comprises et véhiculées au sein de l’ensemble de l’entreprise. Elles sont le socle de la culture d’entreprise et applicables par l’ensemble du collectif quelque soit son statut.

Un point régulier doit être évoqué, sous forme de réunions de service ou d’une information générale auprès de l’ensemble du collectif.

La direction se doit d’agir conformément à ses valeurs. Elle est par dessus tout, exemplaire, et en quelque sorte le garant de l’esprit d’entreprise.

6. Créer des évènements conviviaux

Il s’agit là de favoriser la cohésion des personnes et des équipes afin de favoriser l’entraide et le soutien, d’améliorer le sentiment d’appartenance et d’engagement pour l’entreprise.

Cela peut se faire sous forme de séminaires de travail et de motivation une fois par an.

plaisir7. Le plaisir avant tout

L’entreprise doit favoriser le plaisir sur le lieu du travail : pots, crèches, salle de relaxation, salle de convivialité…

Les managers participent également à cette notion de plaisir en devenant catalyseur d’enthousiasme, de joie, de bonne humeur, bref de toute émotion positive, auprès de leurs équipes, favorisant ainsi leur réussite et la performance.

Constat : Les entreprises sont de plus en plus nombreuses à se mobiliser pour lutter contre le stress de leurs collaborateurs et envisager une vraie politique de bien-être au travail.

Lutte contre le stress, gestion des émotions, remettre du plaisir dans une ambiance de coopération, tout cela est bien sûr possible. Le coaching pour le bien-être ou le bonheur au travail, les formations accompagnant la monté en compétence relationnelle des collaborateurs…les outils et modèles sont légion, et pourront contre balancer notre triste constat mettant en évidence qu’à ce jour, 38% des salariés sont démotivés et ne croient plus en leur entreprise et leur mission.

Posted in Articles, Travail and tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , .